Roadtrip #24 – A 6 roues

30 Avril 2018. Mais pourquoi donc ce titre quelque peu bizarre ? Ai-je acheté une Tyrrell P34 ? Non, pas du tout. Une remorque ? Non plus ! Non, rien de tout cela : aujourd’hui, je vais partager un morceau de route avec un motard. Et pas n’importe lequel ! Si vous suivez mes aventures depuis un petit moment, vous avez déjà entendu parler de lui. Tout le monde l’appelle « Papy », mais pas vraiment à cause de son âge. Il parcourt l’Europe au guidon de sa fidèle monture, Leslie. Mais allez-donc voir son blog, vous en apprendrez bien plus : https://lesexpesdepapy.wordpress.com/.

Aujourd’hui, Papy est sur la route pour une étape parmi d’autres, lors de l’une de ses « expés » dont il a le secret. Il se trouve qu’il a prévu de passer pas bien loin de la maison. Voilà donc une superbe occasion de partager quelques kilomètres.

Nous nous retrouvons à Albi, sur un parking de centre commercial. C’est là que je découvre Leslie pour la première fois. Il faut quand même avouer qu’elle en impose avec ses autocollants. Un vrai look de baroudeuse !

Comme il est déjà midi, direction le repas pour commencer. Un ami motard de Papy nous rejoint. Vous vous doutez bien que le sujet de conversation ne sera pas l’évolution du macramé au XVIIIème siècle…

Bon, mais c’est qu’il est temps d’aller cramer un peu de SP98 ! Nous partons vers le sud, par une route terriblement ennuyeuse parce que bien chargée en circulation et aussi truffée de radars qu’une poularde chez Bocuse. Papy salue tous les motards que nous croisons. Tous lui rendent son salut, sauf ceux de la gendarmerie… Cette route a au moins le mérite de faire chauffer l’huile avant d’arriver à Labruguière, au pied de la montagne Noire. J’ai prévu de faire découvrir ce coin sympathique à notre Papy national. Leslie va pouvoir se dégourdir les rayons ! Nous montons sur la D56, à travers les sapins. Une belle plaque de graviers dans une épingle m’effraie en pensant que pour une fois, ce n’est pas une voiture qui me suit. J’y suis allé un peu fort et il n’y a personne dans mon rétro. La Kawa a disparu depuis quelques temps. Il faut dire que je commence à bien connaître ce ruban de bitume que le rallye de la montagne Noire utilise régulièrement, sous le nom de « spéciale de Fontbruno ». Et justement, nous nous arrêtons à Fontbruno, au pied du monument.

Fontbruno.jpg

La suite est devenue un classique pour moi : montée vers le lac de Laprade, puis direction la D101 pour la spéciale de la Tourette. Papy découvre et visiblement, il apprécie.

Il est vrai que cette D101 est une superbe route. Au moment de bifurquer à droite sur la D9, j’aperçois un panneau « route barrée ». Bien, continuons sur la D101 alors. Ce qui est loin d’être une punition ! Nous arrivons à Lastours, village connu pour ses 4 châteaux. Papy prend quelques photos. Un peu plus loin, je me fais surprendre par un camion qui coupe un virage. C’est passé juste ! Je ne comprendrais jamais ces gens qui coupent un virage sans visibilité… La circulation se fait de plus en plus dense au fur-et-à-mesure que nous approchons de Carcassonne. Nous avançons au pas dans les bouchons pour rejoindre la cité. Il y est toujours aussi compliqué de s’y garer sans payer une petite fortune. Comme je ne me sens pas l’énergie de poursuivre bien plus au sud, je quitte Papy et Leslie ici. Ce fut un grand plaisir de vous rencontrer et de partager ce morceau de route !

Et donc ? L’article se termine ici ? Pas vraiment… Il me reste encore à rentrer à la maison et vous me connaissez, je n’ai pas choisi le chemin le plus direct. Je reprends la D101 parce qu’elle est loin d’être désagréable.

Je m’arrête à Lastours où cette fois-ci, je prends le temps de me promener et de faire quelques photos. Je profite même d’un petit muret pour essayer mon nouveau filtre ND1000 lors d’une pause longue.

Une chose m’intrigue fortement. Il semblerait qu’il y ait un belvédère au-dessus du village. J’ai bien envie d’aller voir cela de plus près… Je repère une route sur la carte qui va visiblement dans la bonne direction, en faisant une boucle. Je fais demi-tour, puis j’emprunte la D111 et la D511. Le coin devient plus sauvage., la route plus étroite et sinueuse. Tout ce que j’aime ! Le ciel s’obscurcit et devient de plus en plus menaçant.

J’arrive à Limousis, connu pour sa grotte, où je me perds un peu et fait un petit tour pour rien. Enfin, pas totalement pour rien, puisque je prends quelques photos.

Je poursuis vers Trassanel par la D712. La route est totalement déserte et vraiment étroite. Je suis au cœur de la nature. Le ciel ne m’annonce rien de bon, mais jusqu’ici, tout va bien. Je m’arrête au monument au morts de Trassanel, étrangement éloigné du village. Le temps s’est comme suspendu : pas de vent, plus de gazouillis d’oiseaux… Drôle d’ambiance…

Quelques kilomètres plus loin, j’arrive à Trassanel, un tout petit village perdu dans la nature. Into the wild… Je le traverse difficilement tant ses ruelles sont étroites et je continue ma route, avec une drôle d’impression. Celle de m’aventurer là où une sportive n’a jamais mis les pneus… Un peu plus haut, il devient évident que mon intuition était bonne : le bitume disparaît ! Puis, après une section en graviers vient un morceau fait d’une sorte de béton… J’arrive au milieu des moutons. En contre-bas, il n’y a plus de route. Juste un chemin de terre boueux. Bon, il ne reste plus qu’à faire demi-tour !

D712 - 3.jpg

Je refais toute la route en sens inverse. Dans ce sens, je m’aperçois que la vue sur Villeneuve-Minervois est plutôt sympathique.

Villeneuve-Minervois.jpg

Et ce qui devait arriver finit par arriver. De grosses gouttes viennent s’écraser sur le pare-brise. Heureusement que je n’ai pas tenté de passer par le chemin de terre ! J’arrive au stop de la D101. C’est le déluge. Une Mégane 3 RS toute noire passe devant moi. Je la rattrape. Son conducteur s’est aperçu de ma présence et me fait signe. Je lui réponds. Il s’arrête à la sortie de Lastours, je fais de même. Comme il pleut à verse, il m’invite dans l’habitacle de sa Mégane, histoire de discuter quelques minutes. C’est cela, la famille Renault Sport !

La pluie ne me lâchera plus jusqu’à la maison. Je traverse la montagne noire dans l’autre sens, par la même route qu’à l’aller. Non sans quelques mésaventures. A Laprade, je croise difficilement un camion de grumes. Il prend presque toute la route mais j’ai le temps de m’arrêter tranquillement sur le bas-côté avant de le croiser. Deux kilomètres plus loin, un camion sort d’un chemin à ma gauche. Il ne m’a visiblement pas vu et va occuper toute la route pour sa manœuvre. En accélérant, j’arrive à me faufiler de justesse. Il était trop tard pour freiner sous cette pluie, bien je ne roulais pas vite. Sur la D56, au milieu de la forêt, je suis seul… avec des animaux !  Tout d’abord, un chevreuil se promène tranquillement sur la route. Je m’arrête. Lui aussi. Pendant quelques secondes, personne ne bouge. Il est certainement plus surpris encore que moi. Je finis par mettre un coup de gaz au point mort. L’échappement détonne et le chevreuil détale. Un peu plus bas, c’est au tour d’un lapin. Lui aussi est sur la route. Et il espère s’échapper en restant sur la chaussée. Je roule au pas derrière lui, sur quelques mètres. Il tente quelques feintes totalement inutiles. Un coup à droite, un à gauche… Puis il finit par partir dans le sous-bois. Voilà qui conclue d’une belle façon cette journée de rencontre. Deux animaux sur la route, deux camions évités de peu… Une rencontre inattendue d’un conducteur de Mégane RS sous le déluge et surtout, j’ai enfin vu Leslie pour de vrai ! Et passé un super moment en compagnie de Papy ! On remet cela quand tu veux !

5 réflexions sur “Roadtrip #24 – A 6 roues

  1. Le plaisir est bien partagé! Ravi d’avoir enfin fait ta rencontre et d’avoir fait un bout de route avec toi.
    Un roulage particulier (d’habitude, nous sortons en meute à 4 ou 2 roues respectivement ^^), mais terrible et encore merci de m’avoir fait découvrir tes terrains de jeux!

    N’empêche, on râle contre la météo difficile, mais ça permet de sortir de très beaux clichés 😉
    Encore un article de qualité et à très vite pour un second épisode… qui sait dans les Alpes ou dans le Jura? 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s