Roadtrip #19-1 Des chevaux et des chevaux

7 octobre 2017. Lors de l’annulation précipitée de ma transpyrénéenne, un hôtel n’a pas souhaité répondre favorablement à ma demande d’annulation sans frais. A la place, ils m’ont proposé de décaler mon séjour. C’est ce que j’ai fait. Je me suis donc retrouvé dans une situation quelque peu inhabituelle : une nuitée réservée à Bossòst , en Espagne, mais pas de parcours prévu. Normalement, c’est justement le parcours qui détermine les endroits où je vais dormir. Idéalement placé en plein cœur des Pyrénées, sur la route des Cols, une étape à Bossòst permet d’imaginer un bon nombreux de tracés sympathiques.

Une idée un peu folle m’a occupé durant les jours précédant le départ. Et si je faisais les deux premières étapes de ma transpyrénéenne ? Pour voir le soleil se lever sur la Méditerranée, je devrais partir à 5 heures de la maison. Et après l’avoir vu apparaître à l’horizon, il me resterait encore à parcourir presque 500 km de route de montagne en 8 heures environ (sans les pauses ni les poses). Et le lendemain serait du même acabit. Bref, ce ne serait pas raisonnable, surtout après deux mois bien mouvementés.

Je vais donc plutôt choisir un itinéraire sage, plus court, me permettant de me détendre et peut-être même de me reposer. Et pour la première fois, une question se pose : quelle voiture vais-je prendre ? Dans l’optique d’une virée calme, la Focus paraît plus appropriée. Plus confortable, plus silencieuse, mieux équipée (notamment pour la partie autoradio), elle est indiscutablement plus reposante sur les longs trajets que la Mégane. Comme en plus je viens juste de faire deux grosses sorties avec la Mégane (et 1 500 km), le choix est fait : ce sera la ST.

Je pars vers le sud, sous un beau soleil. Pour une fois, j’ai même programmé le GPS pour m’amener à la Seu d’Urgell. Cette ville espagnole presque frontalière avec Andorre est idéalement située : au sud, la fameuse C-462 (lire ici), à l’est, la N-260 qui amène à la collada de Tosses (lire ici). Et à l’ouest, quoi de nouveau ? C’est justement ma destination du jour.

J’emprunte la N-260 qui commence par une ennuyeuse ligne droite jusqu’à Adrall. C’est ici que commence le bonheur… La N-260 bifurque sur la droite, s’enfonçant au cœur des Pyrénées. La route monte rapidement, devenant sinueuse à souhait. Il est temps de faire la première photo de ce séjour.

La route continue de monter. Ce n’est pas encore de la haute montagne, mais je m’amuse bien. Les paysages sont magnifiques sous ce beau soleil.

Alors que je reprends la route après une pause photo, un missile bleu arrive dans l’autre sens. Je connais ce bleu… Je sors ma main par la fenêtre pour faire un signe au conducteur de cette belle Focus RS Mk3 bleue Nitrous. Il me répond, avec appel de phare en plus. Sympa ! Je poursuis. La route est en superbe état, bien large. Le paysage change. La roche devient rouge.

Je reprends ma progression derrière une belle BMW Série 3 coupé. Nous roulons à bon rythme sur cette route fluide, large et rapide. Le paysage devient plus montagneux.

N-260 - 11.jpg

J’arrive à Sort où je quitte la N-260. Je n’en crois ps mes yeux. Une Porsche orange est arrêtée sur le côté. Une 991 GT3-RS, rien que cela ! Et juste après, une Honda NSX, première du nom.

Sort.jpg

Mon regard était focalisé sur la NSX, mon esprit occupé à la prendre en photo. Et juste après, visible sur la photo, une autre Porsche, jaune cette-fois. Une 997 GT3… Mais que ce passe-t-il par ici ? J’approche de la sortie de cette petite ville quand j’aperçois une nouvelle Porsche : une 997 GT3 blanche ! Les chevaux sont de sortie.

Et ils ne tardent pas à ruer dans une cavalcade bruyante ! A peine quelques kilomètres après Sort que mon rétro s’emplit d’orange… Bien entendu, ne pouvant pas lutter, j’ai laisser passer la petite troupe.

Honda NSX - Porsche.jpg

La NSX a un échappement vraiment libéré, assurément la plus bruyante. Quel bonheur de voir ces montres ailleurs que sur la moquette des salons ou le papier glacé des magazines. Leur efficacité en grande courbe est tout simplement bluffante en comparaison de ma modeste monture qui avoue ses limites en sous-virant légèrement.Je les laisse filer. Dommage, j’aurais bien aimé les voir à l’oeuvre dans les lacets.

Je suis au pied du col, face aux premières épingles. Et je m’amuse bien, même si quelque chose me perturbe. Ai-je déjà pris à ce point l’habitude de la Mégane pour que la ST me semble maintenant ennuyeuse ? Il y a peut-être un peu de cela. Mais il y a surtout l’effet de l’altitude ! Le moteur peine à trouver de l’oxygène. Le turbo délivre 0,5 bar de moins que d’habitude, ce qui est énorme ! Mes chevaux ne sont plus tous là… Par contre, il y en a sur la route ! Le passage des Porsche les a visiblement laissés de marbre…

Port de la Bonaigua - 2.jpg

Alors que j’en profite pour prendre quelques photos, un tonnerre d’échappement descend du col. Le quatuor finit son ascension dans un concert de soupapes.

Port de la Bonaigua - 1.jpg

Je finis moi aussi ma portion d’épingles, dans un bruit nettement moins mélodieux, mettant le train avant à rude épreuve. Et au sommet, ils sont là, alignés comme à la parade…

Port de la Bonaigua - 3.jpg

Alors qu’ils repartent déjà, j’immortalise le moment. Un col de plus de 2 000 m de plus au tableau de chasse : Port de la Bonaïgua (2 072 m).

Je continue tranquillement ma route. Ce côté du col est bien construit. Vive les sports d’hiver ! Et donc je roule prudemment, guettant les piétons et les autres véhicules plutôt que les points de corde. A tel point que je laisse complètement de côté l’appareil photo, car même les paysages sont gâches par les construction et autres remontées mécaniques.

J’arrive en fin d’après-midi à Bossòst. Le restaurant de l’hôtel est déjà fermé en cette saison. J’hésite entre aller manger dans un des bars à tapas du coin ou grignoter mes provisions normalement prévues pour demain midi. Je regarde la carte en me demandant quoi faire. Mais quel est donc ce col inconnu disposant d’un point de vue d’après Michelin ?  Le col d’Artigascou ? Inconnu au bataillon… J’ai bien envie d’aller voir ça de plus près, voire même de casser une graine au sommet, au coucher du soleil.

Alors c’est parti ! Ce n’est vraiment pas bien loin, juste après la frontière. La route est  étroite. Très étroite. Les lacets serrés se suivent. Je dépasse la dernière habitations et la route continue de grimper, lacet après lacet. Bientôt, de gros nids de poule apparaissent. Quand ce n’est pas un morceau de route entier qui a disparu… Encourageant pour la suite. Surtout quand je tombe sur un panneau indiquant « Route dangereuse ». Après un lacet, plus de goudron. Uniquement du gravier avec de belles ornières. Je monte à moins de 20 km/h dans ces conditions, me demandant si tout cela vaut le coup.

Col d'Artigascou - 1.jpg

A cette vitesse, je risque d’atteindre le sommet après le coucher du soleil. Un long moment d’angoisse et de solitude, juste troublé par quelques lapins noirs au milieu du chemin…  Puis la route cesse de monter. J’y suis.

Col d'Artigascou - 4.jpg

Le jour s’achève. Et le spectacle espéré est bien là.

Col d'Artigascou - 2.jpg

Col d'Artigascou - 3.jpg

Allez, encore une dernière photo avant de redescendre.

Col d'Artigascou - 5.jpg

La nuit est là. La descente est encore plus stressante que la montée.

Col d'Artigascou - 6.jpg

Parce que je sais ce qui m’attend. Parce qu’il fait nuit. Parce qu’il est plus délicat de contrôler sa vitesse en descente. Et parce qu’un gros animal apparaît dans la lueur des phares : un magnifique cerf, majestueux avec ses grands bois. Une rencontre vraiment impressionnante !

Je suis bien content d’arriver à l’hôtel après ces émotions nocturnes !

3 réflexions sur “Roadtrip #19-1 Des chevaux et des chevaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s