Sortie #1 – 1er Occitanie Day

1er octobre 2017. Depuis que j’ai la Mégane RS, je me suis inscrit à différents groupes de passionnés sur les réseaux sociaux. Et la communauté Renault Sport est juste énorme ! Surtout si on la compare au groupe d’amateurs de Ford sportives. Autant il y a très peu de sorties organisées chez les fordistes, au point que j’ai fini par en organiser, autant il y en a presque tous les week-ends avec les aficionados de la marque au losange. Voilà pourquoi je crée cette nouvelle rubrique « sortie ».

Je n’ai donc pas attendu bien longtemps pour aller voir comment y était l’ambiance. Le lendemain du jour où je suis allé cherché la R26, je suis allé avec mon fils à la concession Renault de Verfeil, au départ d’une sortie du Club Alpine Gordini Arriégeois. Et l’ambiance m’a tout de suite plu : des gens de tous âges, tous passionnés de Renault, un panel de voiture très varié, allant de l’incontournable berlinette A110 à la Clio 3 RS Ange & Démon, en passant par les mythiques R5 Turbo et leurs petites sœurs Clio V6. Il y avait même une R17 Gordini ! Et une autre R26 ! Bref, cette prise de contact n’allait pas rester sans suite.

Et la suite, c’est aujourd’hui ! Organisée par la concession Renault Sport de Portet-sur-Garonne et celle de Vias, cette sortie a pour but de réunir les 2 groupes Facebook « RS Occitanie – Midi-Pyrénées » et « RS Occitanie – Languedoc-Roussillon ». Pour l’anecdote, les 2 groupes sont gérés directement par les patrons des concessions. De vrais passionnés.

Pour le groupe Midi-Pyrénées, le premier point de rendez-vous est à la concession de Portet, à 8h. Donc j’ai péniblement réveillé les enfants à 6h45. Dur pour un dimanche ! Le petit-déjeuné avalé et nous voilà tous les trois dans la R26. Arrivés à la concession, le parking est déjà bien plein, avec d’un côté les Mégane, de l’autre les Clio. On ne mélange pas les torchons et les serviettes ! Et à l’entrée, une superbe Super 5 GT Turbo rouge à gauche et une Renault 11 GT90 de l’autre. La journée commence bien !

Après un café et quelques viennoiseries, le patron nous fait le briefing. Nous allons rouler en convoi, aux limitations par la nationale jusqu’à Carcassonne où nous attendra le reste du groupe. Nous sommes déjà 30 voitures et une quinzaine de plus doivent nous rejoindre au second rendez-vous. Nous faisons une photo de groupe bien rangé derrière le Spider dans le showroom et c’est parti ! En voiture !

Étrange de voir une file de Mégane 3 RS dans son rétro… Surtout quand on voit une autre R26 et une nuée de Clio RS devant ! Les consignes sont respectées, tout le monde roule tranquillement.

Arrivé à Carcassonne, sur le parking du Leclerc, on continue à attaquer les viennoiseries. Sans parvenir à les finir ! Il en restera même pour le goûter !

Le patron colle l’autocollant du groupe à la demande. La R26 y a droit.

Nous repartons, toujours en convoi, pour rallier Narbonne-Plage. Avec 45 voitures, nous ne passons pas inaperçus !
Et même si certains commencent à s’échauffer un peu, les limitations sont toujours respectées. Par contre, les ronds-points sont avalés très rapidement…

Arrivés à Narbonne, un marathon organisé ce jour-là nous oblige à changer de parking au dernier moment, mais les organisateurs gèrent ça parfaitement. Et là, 80 voitures sur le parking, ça cause ! En réalité, le chiffre officiel est de 79 selon les organisateurs. La police ne s’est pas déplacée, et c’est tant mieux.

Avouez qu’il y a bien pire endroit pour se retrouver entre passionnés et faire un pique-nique géant. J’en profite bien entendu pour observer de près les voitures. Et pour faire des rencontres. Les discussions sont intéressantes ! Enfin, sauf si on est passionné de macramé…

Parmi ces 79 voitures, lesquelles attirent le plus mon attention, et donc mon objectifs ? Les Mégane RS R26, forcément ! Et il y en a quatre ! Quatre sur les 3 738 produites (d’après les chiffres de l’usine de Dieppe), ce n’est pas si mal.

Dans l’ordre de rareté, nous avons donc une jaune Sirius qui se cache derrière sa grande sœur de la même couleur sur la photo, une gris Makaha à côté d’une belle orange Sanguine, une bleu Alp, magnifique et ma monture, en gris Platine.

Au rayon des raretés, je trouve une Mégane 2 RS Trophy (500 exemplaires), qui porte les gènes de la R26, puis une belle F1 Team « R25 » qui célébrait le titre de champion du monde de Formule 1 de 2005. Pour s’y retrouver, je vous conseille de lire le reportage de l’automobile sportive.

Ensuite, je remarque plusieurs Clio 3 RS Ange & Démon, parmi les 666 exemplaires produits, une rare Clio 3 RS vert Alien, une Clio 3 RS R27 F1 Team, une superbe Mégane 3 RS Red Bull RB8 et plusieurs voitures échappées d’un rallye. Je passe forcément à côté d’autres pépites, comme les Mégane 3 RS Trophy par exemple, mais il y en a tellement !

Après le casse-croûte, les organisateurs nous demandent de monter dans nos voitures. Ils nous donnent ensuite une plaque souvenir et le road-book pour la balade. Ils nous disent que l’on va partir en 3 groupes, que ça va rouler tranquille…

Bon, vous commencez à me connaître… J’ai pris les devants et je me suis arrêté au milieu du massif de la Clape pour prendre des photos.

_DSC3979

Vu que cette route, fort agréable au demeurant, est la seule voie d’accès à Narbonne-Plage, elle est fort encombrée. Donc tout le petit monde est passé devant moi à vitesse raisonnable. Allez, photos !

Nous repartons derrière le gros de la troupe. Après un bout d’autoroute pour éviter Narbonne, nous arrivons déjà à la première pause. Je comprends mieux pourquoi seulement 3 groupes et le « ça ne va pas rouler vite ».

Bon, ben, on fait quoi alors ? Des photos ?

Dans certains coins, c’est un festival de couleurs : vert Alien, jaune Sirius, orange Sanguin…

_DSC4135

Le signal du départ est donné. Cette fois-ci, nous partons par groupe de 10 voitures maximum. Les Clio partent en premier.

Nous partons à la fin d’un groupe. Je me laisse distancer doucement par la Mégane 3 RS rouge devant moi. Histoire d’avoir le champ libre. Parce que la route devient franchement sympathique. Les premiers virages arrivent. Mais il reste encore à traverser un village avant de bien s’amuser. Une autre Mégane 3 RS rouge m’a rattrapé. Elle apparait menaçante dans le rétro, très basse sur ses combinés filetés. Derrière elle, une autre Mégane 3 RS, jaune Sirius. Heu, je ne suis pas dans le bon groupe là ! Le village derrière nous, il est temps d’ouvrir en grand… le clapet d’échappement. Et c’est dans un joli barouf que j’attaque les premiers virolos. Rapidement je hausse le rythme. Je remonte sur la Mégane de devant. Celle de derrière fait l’accordéon. Je relâche dans les lignes droites pour me garder de la place pour les virages. La Mégane derrière moi fait pareil. Quel pied ! La RS rouge me colle de plus en plus au pare-choc. Je finis par mettre mon clignotant pour le laisser passer sur une courte ligne droite. Et je remets gaz aussitôt après. Mais je n’avais pas vu son ami avec la RS jaune qui pensait pouvoir doubler aussi. Heureusement que ça freine, une Mégane 3 RS ! Nous arrivons à la pause et je discute avec mes compagnons de jeu.
« Dis-donc, elle marche ta R26 !
– Oui, c’est pas mal. Enfin, j’ai quand même senti que je te ralentissais sur la fin !
– Pas tant que ça, j’ai doublé parce que tu as mis ton clignotant, mais sinon le rythme m’allait bien. On ne roule jamais aussi vite d’habitude ! »

Un œil sous le capot me laisse penser qu’elle ne doit pas vraiment faire sa puissance d’origine, cette belle Mégane…

_DSC4156

Pendant que les enfants goûtent, je discute et prends des photos, pour changer.

Nous repartons pour la dernière partie de la balade. Je décide de suivre une autre R26, jaune Sirius. Le temps de remettre les pneus à la bonne température et il me fait signe de passer. Je commence à comprendre pourquoi plusieurs personnes m’ont dit que ma R26 marchait fort… Mais rapidement, je déchante et je suis contraint de ralentir. Non, la voiture fonctionne toujours très bien… Mais mon fils assis à l’arrière n’a pas trop aimé les virages. Il est tout pâle. Je m’arrête pour qu’il puisse prendre l’air quelques minutes. Bizarre, la R26 jaune ne nous double pas… Nous finissons par repartir, calmement. Et nous regagnons le dernier point de rendez-vous de cette journée, non sans une belle frayeur en découvrant une Mégane RS à l’arrêt dans un virage. Debout sur les freins ! Ouf, nickel. Pourvu que derrière, ça gère ! Une Clio et une Mégane s’arrêtent en pilant à coté. Ils ont préféré passer sur l’autre voie pour ne pas risquer le carambolage.

Je prends une dernière série de photos, pendant que mon fiston se remet doucement de ses émotions et que la R26 jaune arrive enfin. Elle a connu un souci électronique et a finit en mode dégradé. Heureusement que quelqu’un a sorti une valise de diagnostic et a pu supprimer le défaut !

La journée se termine. Je profite des premiers départs pour faire quelques filés.

Il est temps de rentrer paisiblement à la maison, après une longue journée et 500 km de plus de bonheur au volant de la R26.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s