Roadtrip #18-1 Avant-première

22 septembre 2017. Je suis dans les starting blocks pour une grande sortie. Une sortie organisée par le VARP dans les Cévennes. Bon, les Cévennes, à force, je commence à connaître… Mais cette fois-ci, je ne serais pas au volant de ma fidèle Focus ST. Et cela fait toute la différence ! Je vais pouvoir tester ma nouvelle acquisition (lire ici) en long, en large et peut-être même en travers !

Je suis donc au volant de la Mégane, direction plein est, par des routes qui commencent à être habituelles : Albi, Rodez… Je ne suis pas particulièrement en avance et la circulation assez dense de ce vendredi matin ensoleillé n’aide pas. Arrivé à Séverac-le-Château, j’en ai marre de suivre des camions qui n’avancent pas. Mais si je prends l’itinéraire touristique, je serais encore moins à l’heure. Tant pis ! Il est temps de savoir ce que donne mon nouvel outil sur une route appropriée. Je prends donc la direction des gorges du Tarn, empruntant exactement le même itinéraire que celui que j’ai suivi pour me rendre dans les Alpes (lire ici). Et donc, tout donc coup, la route se libère. Fini les camions et les monospaces poussifs ! Place aux virages et à un beau paysage. Au final, je ne roule pas plus vite, mais je m’amuse !

J’arrive au col de Saint-Rome de Dolan (909 m), le premier franchi au volant de la R26 !

Col de Saint Rome de Dolan.jpg

Petit retour en arrière :

Col de Saint-Rome de Dolan-1

Je traverse le Massegros. Me voilà face à la superbe descente vers les Vignes, où j’avais connu une belle frayeur avec la Focus. Difficile de l’occulter. Je descends donc plutôt prudemment. Je bifurque à droite une fois en bas de la descente. Je roule dans les gorges du Tarn. Mais je n’apporte pas vraiment d’attention au décor. Je suis concentré sur la voiture, ses commandes, les sensations qu’elle me procure. La route est presque déserte, donc c’est idéal !

Je reviendrai plus en détail sur mes impressions de conduite dans un prochain article. Mais pour résumer, c’est une sacrée machine à sensation ! La suspension ne filtre pas grand chose et énormément d’informations remontent par le siège. Tant mieux parce que la direction pêche un peu sur son ressenti. Elle est précis, certes, mais elle n’offre pas un retour d’information sensationnel. Le châssis paraît vraiment efficace. Et encore je n’ai pas tout vu ! Je la découvre seulement et elle a un côté intimidant. Surtout quand on découvre son train arrière joueur. Il décroche facilement, même avec l’ESP activé, mais la dérive est vraiment progressive et simple à rattraper. De quoi bien s’amuser dès lors que le mode d’emploi est assimilé.

L’autre chose que je retiens de ce premier moment fort au volant de la RS est sa sonorité. Certes, l’échappement n’est pas vraiment d’origine, mais quel bruit ! Rauque à souhait, pétaradant au levier de pied, un régal ! Surtout quand il est renvoyé et amplifié par les parois rocheuses ! Je suis déjà accro…

Alors que je sors de la Malène, je vois arriver en face un vaisseau spatial : tout noir, très large, très bas… Une Lamborghini Gallardo Spider ! Étonnant de voir un tel engin sur une telle route. Il ne faut pas avoir peur de manier les 2 m de large de l’engin dans les défilés étroits des gorges !

Je poursuis ma route à bon train, remontant sans pause les gorges du tarn. Puis j’arrive un peu après 13h au Pont-de-Monvert, point de rendez-vous et surtout notre base pour ce week-end. Mes compères me saluent quand je passe devant le café « Le Commerce », véritable centre névralgique du village. Une Mini John Cooper Works cabriolet est garée non loin, superbe dans cette couleur. Juste après, mon regard est forcément attiré par la Westfield orange avec qui j’ai déjà roulé dans les Alpes.

Le Pont-de-Montvert - Mini et Westfield.jpg

Après un petit coup pour rincer le gosier qui commençait à être dangereusement sec, nous prenons la direction de Florac pour rallier notre gîte pour le week-end à la sortie du village (et même dans la commune voisine de Fraissinet-de-Lozère pour être précis).

Et nous faisons la connaissance de notre hôte, l’oncle par alliance du conducteur de la Mini qui organise la sortie. Direction la terrasse pour casser la croûte. Au menu : rosette lyonnaise, saucisse de fois tarnaise, brie de Meaux, pâté au piment d’Espelette, mont de Lacaune etc. Bref, que du léger, genre cuit à la vapeur.
Nous commençons à en apprendre plus sur notre hôte. Il a gagné une première manche contre la mort. Il est ressorti de l’hôpital avec un moulin d’occasion et un jeu de durites flambant neuf. Alors il profite de la vie et de sa retraite bien méritée en retapant de vieilles bécanes. Et il roule en Porsche Cayman S, le tonton ! Un superbe exemplaire gris anthracite avec un intérieur Terracotta de toute beauté. Quand il nous a dit que pour aller à Florac, il lui fallait 18 min, on a compris qu’il ne faisait pas des textos quand il était derrière le cerceau ! Un sacré bonhomme !

Bon, c’est bien joli tout ça, mais nous sommes quand même venus ici pour voir du pays, brûler de l’essence et faire chauffer les gommes. Un petit point sur les forces en présence : tout d’abord, honneur à l’organisateur qui est venu avec sa belle Mini JCW Cabriolet. C’est sa première sortie Varpienne au volant de son nouveau jouet.  Sa couleur Caribbean Aqua lui va à ravir !

Ensuite, nous avons la Westfield de la DDE. Pour elle, ce n’est pas la première sortie Varpienne, elle a déjà affrontée la redoutable RGA.
Westfield.jpg
Puis, pour finir, la R26 de votre serviteur. Fraîchement arrivée, elle fait sa timide et se cache comme elle peut derrière la Westfield. Pourtant, elle en a vu d’autre comme l’attestent les autocollants sur ses custodes : l’enfer vert…

Megane RS R26

En voiture ! Direction la sud, par la D20 avec pour cible le col du Sapet (1 080 m). La Mini ouvre la route, suivie de la West et de la Mégane. Le rythme reste raisonnable. La route est étroite, bien sinueuse et sans visibilité. Nous progressons au milieu des sapins.

Col du Sapet - 1.jpg

Au sommet, la vue s’ouvre. Un panneau nous indique que la descente ne se fera pas non plus le couteau entre les dents !

Col du Sapet - 2.jpg

Un cadre sympa, 3 belles sportives, un réflex à la main, ce n’est pas le moment de faire du macramé. Donc allons-y pour les photos !

Nous redescendons jusqu’à Florac. Nous nous garons au centre-ville alors qu’une bande de Harley part dans un tonnerre d’échappement. Nous nous installons en terrasse pour boire un verre. La Westfield ne laisse pas les passants indifférents. Beaucoup s’approchent pour voir cette voiture de plus près.

Après avoir aussi désaltéré nos autos, nous empruntons la D998 pour remonter au Pont-de-Montvert. C’est une superbe route pour se faire plaisir, bien que très exigeante. C’est étroit, plutôt bosselé et pas vraiment désert. Mais les enchaînements de virages sont intéressants. Le paysage est vraiment beau. Je passe en tête et espère prendre assez d’avance pour faire quelques photos en mouvement de la Mini et de la West, surtout que la lumière est belle. Mais je n’ai pas vraiment le temps de bien régler mon autofocus qu’ils sont déjà là ! Forcément, ce n’est pas aussi net qu’espéré…

Je repars à bonne allure pour les rattraper. Un peu plus haut, la Mini est aussi arrêtée pour quelques photos. Je continue à poursuivre la Westfield. Voilà, un point orange apparaît au loin.

Megane R26 Westfield.jpg

Nous finissons la montée ensemble, à bon rythme. Enfin, même si j’ai le sentiment que l’on ne lambine pas en chemin, un local en Clio diesel roule aussi vite que nous !
Il est temps de garer nos sportives après ce bel hors d’oeuvre !

Le Pont-de-Montvert - Mini et Megane.jpg

Nous continuons à pied jusqu’au centre du village où nous retrouvons notre hôte pour l’apéritif et le repas. Bien entendu, les voitures sont rarement absentes de nos conversations. C’est là que nous apprenons que le Pont-de-Montvert abrite un bon nombre de passionnés, notamment des Porschistes. Le Monaco de la Lozère ! Le repas est copieux et a le bon goût du fait-maison. La Stevenson se laisse boire, bien fraîche et fruitée. De retour « à la maison », nous finissons la soirée tranquillement au salon, à papoter avec en bruit de fond le ronflement du chien, digne d’un flat 4 de 356. Allez, au lit, que demain une super journée nous attend !

4 réflexions sur “Roadtrip #18-1 Avant-première

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s