Le résumé de 2016

21 décembre 2016. Petit retour en arrière sur cette première année en Focus ST. Pour commencer, quelques chiffres. Lors de 8 sorties d’un jour plus mon Grand Tour, j’ai parcouru plus de 5 700 km en plus de 100 h de conduite. J’ai mis les roues dans 4 pays différents (France, Espagne, Andorre, Monaco) et 19 départements (Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Ariège, Aude, Aveyron, Bouches-du-Rhône, Cantal, Drôme, Gard, Haute-Garonne, Hérault, Isère, Lot, Lozère, Hautes-Pyrénées, Savoie, Tarn, Vaucluse).

carte 2016.jpgTous ces kilomètres m’ont fait découvrir des monuments ou des lieux classés, comme le cirque de Navacelles, la cité épiscopale d’Albi, le Pont du Gard, le Pont d’Avignon et le Palais des Papes, la Cité de Carcassonne, la Citadelle de Sisteron, le village de Cordes-Sur-Ciel et les Gorges du Tarn. Certains de ces lieux sont chargés d’histoire, tout comme cette plaine à La Mure où Napoléon a changé une fois de plus l’histoire de France ou encore ces plages de Provence où des hommes venus du lointain Canada ont versé leur sang pour la France en Août 1944.

J’ai aussi mis les roues dans les traces de ceux qui ont écrit l’histoire du sport automobile (Monaco, Col de Turini) ou du Cyclisme (Mont Ventoux, Tourmalet, Croix de Fer et tous ces cols Alpins et Pyrénéens qui ont forgé la légende du Tour de France).

J’ai traversé des paysages somptueux, des Alpes si immenses et majestueuses à ce lac turquoise en Espagne, en passant par la Corniche d’Or, entre mer bleue et roches ocre.

montagnes-2016

J’ai aussi vécu d’intenses moments de conduite. Quel bonheur de faire corps avec la voiture, d’être en osmose avec la route. J’ai essayé de garder mon top 3 des plus beaux paysages et, des meilleurs moments de conduite. Mais en y réfléchissant, je me suis aperçu que certains des meilleurs moments, des plus émouvants, n’étaient pas le fait du seul paysage ou de la seule conduite, mais plutôt d’un contexte, un moment particulier de la journée, un environnement, une histoire. Je les ai classés dans une troisième catégorie, celle des moments les plus émouvants.


Les plus beaux paysages

  1.  Col du Galibier

Il est le plus impressionnant des cols alpins que j’ai empruntés. La route monte sans arrêt, traversant des décors tellement variés pour finir dans cet environnement rocailleux si sombre. La vue depuis le sommet, notamment vers le Sud est tout simplement époustouflante. Je me suis senti tout petit dans cet endroit gigantesque. C’est clairement le panorama qui m’a le plus impressionné de l’année et c’est à ce titre qu’il prend la première place.

col-du-galibier-8

  1. Cirque de Navacelles

Quel endroit surprenant. Parcourir les routes sur le plateau sud des Cévennes est certes très plaisant, mais rien qui justifie de rentrer dans ce top 3. Je me gare, continue à pied, marche quelques dizaines de mètres. Et là, c’est le choc. Voir cet énorme trou devant soi est extraordinaire. Les maisons du hameau tout au fond de cette vallée renseignent bien sur la profondeur du cirque. Elles paraissent minuscules. Sa forme est vraiment atypique. Un endroit tellement unique qu’il se place second de ce top 3.

cirque-de-navacelles

  1. Lac de Pantà de la Llosa del Caval

Ce lac est splendide. Certes, il n’est pas naturel. Mais la montagne est ici si découpée que ce lac donne l’impression d’être naturel, à sa place. Il oblige la route à emprunter une série de tunnels et de ponts qui rendent encore plus spectaculaire ce décor. Sortir d’un tunnel sombre taillé à même la roche et voir par son pare-brise cette eau turquoise digne d’une plage bahaméenne est tellement surprenant.

lac-panta-de-la-llosa-del-cavall


Les meilleurs moments de conduite

  1.  Col d’Izoard (Alpes)

La plus belle route que j’ai rencontrée pour s’amuser au volant. Elle est large, très bien surfacée, avec une bonne visibilité. Les virages sont variés, alternant des passages rapides avec d’autres bien plus lents. Bref, tout ce qu’il faut pour s’appliquer sur ses freinages, soigner ses trajectoires et gérer ses sorties de virages à l’accélérateur plus qu’au volant. Le fait d’avoir été déposé par un taxi en début de montée, alors que je n’avais clairement pas l’impression de me promener a sans doute aussi contribué à vivre ce moment exceptionnel. Cela incite à hausser encore un peu plus le rythme. J’en ai encore des frissons en écrivant ces lignes. La route qui peut dresser les poils des bras !

  1. Col de Menté (Pyrénées)

Une deuxième place pour ce col pyrénéen. En soit, il n’est pas si impressionnant que cela. Mais comme la vue est bien souvent cachée par les arbres, que la route est excellente, large lisse, avec une série d’épingles bien dessinées, tout est en place pour se concentrer uniquement sur la conduite. De plus, la circulation y est vraiment presque nulle. Chose quelque peu surprenante, les deux côtés du col sont au même niveau. Bien souvent, un coté est plus intéressant que l’autre, parce que la route y est plus sinueuse, ou plus sécurisante, plus large, en meilleur état etc. Ce n’est pas le cas ici, il est vraiment possible de s’amuser sur chacun des versants. J’y passerais bien une après-midi entière, à monter, descendre, faire demi-tour et recommencer, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus une goutte de carburant dans le réservoir…

  1. Coll de Port (Pyrénées)

La C462 dans son ensemble est un rêve pour l’amateur de conduite. Un ruban d’asphalte de plus de 80 km de long qui semble avoir été dessiné par le dieu du pilotage. Et dans ce paradis pour motards et conducteur d’automobile sportive, je retiendrai la montée du Coll de Port depuis La Coma. Une route déserte, montant abruptement par une longue série de lacets où l’on peut jouer avec les limites de son châssis. Ecrire ces lignes me donne envie d’y retourner !

coll-de-port-focus-st


Les moments les plus émouvants

  1. L’aube au mont Ventoux

Après le vent et les nuages de la veille, le calme de ce début de matinée au mont Ventoux était surprenant. La lumière était sublime. L’endroit était désert. J’ai passé là de longues minutes à vivre à fond le moment présent, sans penser à rien d’autre que d’en profiter. Profiter de cette vue, de cette lumière, de faire des photos. Pour le photographe, cette solitude est une bénédiction : pas besoin d’adapter ses compositions pour éviter une voiture ou des gens, pas besoin d’attendre que quelqu’un se pousse, ou encore de se dépêcher à prendre un cliché de peur de gêner. Connaissant le réputation de ce lieu qui ne porte pas ce nom par hasard, j’ai apprécié encore plus la chance de bénéficier de ces conditions. Quel calme, quelle sérénité et quelle beauté !

ford-focus-st-mont-ventoux2

  1. Le Col de Turini

Ici l’émotion n’est pas vraiment venue de la conduite. La route est trop étroite et escarpée pour pouvoir se lâcher au volant sans être inconscient. Elle n’est pas non plus venue du paysage. Il est certes bien agréable, mais il y a bien mieux dans les Alpes (ou même dans les Pyrénées). Ici, ce qui donne la chair de poule, c’est de rouler sur les traces de ces funambules du WRC, tous ces pilotes qui ont écrit ici la légende du Rallye de Monte-Carlo. Allez-voir quelques vidéos sur Youtube et vous comprendrez rapidement de quoi je parle. Dompter cette route avec des conditions hivernales changeantes est un exploit à la hauteur de la légende. Voir ces traces de freinages avec les épingles, laissées là par les Ogier, Loeb et consorts ne peut pas laisser indifférent un amateur de sport automobile.

col-de-turini-focus-st-3

  1. Le Col de la Cayolle

Je pourrais me rappeler du Col de la Cayolle par ses superbes paysages alpins. Mais ce qui m’a le plus marqué, c’est cette route terriblement effrayante. Non pas parce qu’elle est vertigineuse ou dangereuse en soit, mais parce qu’elle est tellement étroite, aveugle et longue qu’elle génère un stress important. Impossible de savoir si quelqu’un arrive en face et y croiser même un vélo oblige à rouler au pas. Rencontrer un camping-car nécessiterait une longue marche-arrière jusqu’à trouver un endroit un peu plus large pour se croiser. C’est le seul col où j’ai été franchement content s’arriver au sommet et que cette route s’achève enfin ! Mais aussi content de l’avoir fait !

col-de-la-cayolle-1

Après une première année aussi riche en découvertes, en paysages magnifiques, en expériences de conduite inoubliables, le défi va être de vivre une année 2017 au moins aussi intense ! A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Bonnes fêtes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s