Roadtrip #6 La Montagne Noire

11 Août 2016. Après être allé régulièrement voir le Rallye de la Montagne Noire et plus récemment la course de côte de Revel-Saint-Ferréol-Vaudreuille, l’envie d’aller arpenter ces difficiles routes était devenue suffisamment grande pour passer à l’action. Au menu du jour : la montée de la course de côte, les spéciales du Rallye de la Montagne Noire 2016, et pour finir l’ascension du point culminant de ce massif qui constitue l’extrémité Sud du Massif Central. La première partie du trajet consiste à rallier le lac de Saint-Ferréol, ce qui est l’occasion d’emprunter la D12, reliant Lavaur à Puylaurens. Cette route a quelques portions intéressantes, avec des enchaînements de virages relativement serrés et un paysage vallonné et cultivé typiquement tarnais.campagne-tarnaise-focus-st Le lac de Saint Ferréol est noir de monde, ce qui est évidemment normal en cette période et avec ce temps chaud et ensoleillé.
Seulement quelques kilomètres plus loin, sur la D79J, les lacets du tracé de la course de côte apparaissent. La route est large, bien surfacée, les virages sont variés et donc intéressants. Mais ce qui est vraiment marquant, c’est la vue qui s’offre rapidement à nous, avec le lac de Saint-Ferréol, la plaine revelloise et les contreforts de la Montagne Noire.


Après en avoir profité quelques instants, demi-tour et direction Sorrèze, d’où est partie, en nocturne, la première épreuve spéciale du Rallye de la Montagne Noire 2016. Longue de 16,5km, cette spéciale se déroule en deux parties : une montée vers Arfons sur la D45, puis la descente jusqu’à Dourgne par la D12. La route est relativement large, sinueuse à souhait, et là aussi, la vue est spectaculaire une fois la descente commencée. Il y a peu d’endroits pour doubler, surtout en descente. En ayant choisi le bon moment et avec un peu de chance, il y a quand même moyen de rouler à son rythme. Une très belle mise en jambe, voir dans les épingles les traces laissées par les concurrents du rallye participe grandement à l’ambiance. Je l’ai parcourue en fin de matinée, avec un beau soleil, et même s’il est difficile de vraiment se l’imaginer, rouler sous la pression du chronomètre, de nuit, sous un violent orage comme c’était le cas au rallye cette année paraît bien plus terrifiant.
Il est très difficile de s’arrêter sur cette route, il n’y a pour ainsi dire aucun dégagement, et il y a trop de fréquentation pour se risquer à une pause en pleine route, aussi, je n’ai pas pris de photo de cette portion.
Arrivé à Dourgne, quelques kilomètres suffisent pour que les panneaux indiquent la destination suivante : la célèbre spéciale du Pas du Sant. C’est pour moi le morceau de bravoure de ce rallye. Deuxième spéciale nocturne, cette route très difficile s’enfonce au cœur de la Montagne Noire. Longue de 11km, ces tronçons de la D14 puis de la D60 sont extrêmement sinueux, tortueux même. La visibilité est inexistante, à cause de la paroi rocheuse à droite, des nombreux murets de pierre à gauche, de l’étroitesse de la route et de l’étouffante végétation. focus-st-pas-du-santIl y est vraiment difficile de s’y sentir en confiance et de trouver un bon rythme. De nombreux virages se referment sournoisement, parfois pour passer sur l’un des nombreux petits ponts. Et comme si tout cela n’était pas suffisant, rajoutez une bonne couche de gravillons et de feuilles mortes, et vous comprendrez que cette route doit s’aborder avec prudence et humilité. Le respect que j’éprouve pour les pilotes de rallye n’en est que plus grand. Dire que le premier a signé le temps scratch à 84 km/h de moyenne, de nuit et sous l’orage !

Après cette terrifiante route du Pas du Sant, le parcours de la troisième spéciale, Fontbruno, qui est la première du second jour de rallye, peut paraître au premier abord plus insipide. Il s’agit d’emprunter majoritairement la D56, une route plutôt large, propre et lisse, qui relie Labruguière à Carcassonne. Mais dans le cadre d’un roadtrip, sur route ouverte donc, la bonne visibilité, la faible circulation et la largeur appréciable de cette route sont de précieux alliés du plaisir de conduire. Il y est facile d’y évoluer à bon rythme, tout en respectant la limitation de vitesse. Certes le paysage est le plus souvent caché par les arbres, et l’environnement est bien moins impressionnant que ce que les premiers tronçons nous ont réservé. Mais la fluidité des enchaînements de virages et l’aisance avec laquelle il est possible de rouler permettent de prendre vraiment un grand plaisir. C’est ici, en montant le côté nord de la Montagne Noire, que j’ai pris le plus de plaisir au volant de la journée.

La spéciale se termine vers la fin de la montée, et il est vrai que du pur point de vue de la conduite, le meilleur est passé. Mais rapidement, en l’espace d’un ou deux kilomètres, le paysage change radicalement. La route sort de cette épaisse forêt de sapins, de chênes et de hêtres et descend doucement vers le Minervois. Le relief est plus doux, la couleur de la terre et la végétation changent. La vue s’étend vers le sud et les Pyrénées, de nombreuses éoliennes ponctuant le paysage. La D56 a laissé place à la D101 au passage dans l’Aude.
Cette route traverse le lac de Laprade, où je fais une pause casse-croûte, en plein vent. On est bien dans l’Aude !

Une fois restauré, je continue sur la D101 vers le Sud-Est. Et c’est par un tronçon de cette route que débute la quatrième spéciale du rallye, surnommée « La Tourette ».
Bifurquer sur la D9 après quelques kilomètres marque le début de la partie la plus impressionnante de cette spéciale. Le relief est ici très prononcé, la route en devient sinueuse à souhait et bien étroite. Impossible de rouler vite, d’autant plus qu’un surfaçage vient d’être fait, et qu’une épaisse couche de gravillons recouvre toute la chaussée. La prudence est de mise pour garder de l’adhérence et viser juste entre la paroi rocheuse et le muret de pierre. Ce passage est totalement dépaysant : plus personne sur la route, les villages traversés, comme La Tourette-Cabardès, perchés à flanc de montagne paraissent presque abandonnés. Un grand sentiment de solitude apparaît.

La route finit quand même par retrouver un semblant de civilisation, en rejoignant la D118. Ensuite, direction plein Nord pour le tracé de la dernière spéciale du rallye, La Loubatière. La D203 s’enfonce de nouveau dans la forêt pour une sorte de compilation de ce que l’on a pu voir auparavant : le même environnement que la spéciale de Fontbruno, une route recouverte de gravier comme celle de La Tourette et des virages ressemblant à ceux du Pas du Sant. La route passe à côté d’un des nombreux lacs qui parsèment l’Ouest de la Montagne Noire, en l’occurrence le lac du Linon. focus-st-lac-du-linonPour finir cette journée au cœur de la Montagne Noire, direction son point culminant : le pic de Nore, qui s’élève à 1211m et qui est parfois qualifié de « petit Ventoux », en raison du fort vent qui y souffle quasiment en permanence et de l’émetteur télé situé au sommet. L’ascension se fait par la D87, soit par le Nord en venant de Mazamet, soit comme moi ce jour-là par le Sud en passant par Pradelles-Cabardès. La route côtoie les champs d’éoliennes, puis monte rapidement dès le village de Pradelles-Cabardès. L’ascension en soit n’est pas extraordinaire, mais la vue, arrivé au sommet, est, elle, bien extraordinaire. A condition que la météo soit de la partie, ce qui est plutôt rare, le panorama est juste époustouflant : il est possible de voir chaîne des Pyrénées et notamment le Mont Canigou, la mer Méditerranée, le sillon audois avec l’autoroute A61, les Corbières et le Haut-Languedoc, les Monts de Lacaune, la plaine toulousaine… C’est tellement vaste qu’il est simplement impossible d’en prendre une photo correcte. Cela vaut le coup d’aller voir de ses propres yeux !focus-st-pic-de-nore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s